Actualités / Vinipédia

Le rosé, le nouveau vin à la mode

Encore trop méconnu il y a quelques années, le vin rosé est maintenant devenu le produit phare de la saison estivale grâce à son aspect frais et rafraîchissant !

Consommé avec ou sans glaçon, pétillant ou non, floral ou sec, du rosé de saignée jusqu’au gris, il y en a pour tous les goûts !

Mais d’où vient cet engouement depuis quelques années et cela touche t-il uniquement la France ou les autres pays du monde sont aussi atteint par la fièvre provençale ?

Quelques chiffres…

En effet, la France est le premier pays producteur et consommateur de vin rosé, nous produisons une bouteille sur trois dans le monde et nous en consommons près de 16 litres par personne et par an ! Mais nous sommes aussi les champions de l’import/export : 3,2 millions d’hectolitres sont importés chaque année, principalement d’Espagne et 10 millions d’hectolitres sont exportés à travers le monde.

Nous consommons près de 36% de la production mondiale de rosé devant les Etats-Unis (15 %) et l’Allemagne (7 %). Autant dire que nous aimons particulièrement ce vin à la robe rouge pâle… et ce n’est pas le cas dans le monde entier.

Le vin rosé à le vent en poupe

Les Etats-Unis ont intégré le vin rosé dans la famille des vins il y a quelques années déjà. Il est même devenu la boisson favorite des chics « Hamptons », le Saint-Tropez de Long Island où séjournent les riches New-Yorkais. Cela fait des Etats-Unis le deuxième pays importateur au monde.

Une tendance s’affiche aussi particulièrement dans les pays scandinaves avec en moyenne trois fois de rosé consommé en quinze ans grâce à des campagnes promotionnelles !

Qui dit engouement soudain dit demande, les producteurs n’étant pas préparés, et le climat parfois capricieux, cela fait maintenant trois années d’affilées que nous sommes en pénurie de rosé durant la période estivale.

Recherche de solutions contre la pénurie

Pour pallier à ce manque, les producteurs cherchent de nouvelles variétés pour produire davantage de rosé. Leur contrainte est cependant que ces appellations soient dans les règles de dénominations européennes des nouvelles variétés de vignes : elles ne doivent pas générer de confusion chez le consommateur. Autrement dit, Didier Josso, délégué des filières viticoles de France AgriMer, a pour objectif de ne pas voir accoler les nouveaux cépages à des noms connus, tels que le merlot ou le cabernet, des déclinaisons tel que le Merlot-Cantus ou Sauvignon-Crétos, par exemple, développées par les obtenteurs.